Portugal: le fado et tout le reste.

À l'étranger

11 juillet 2017

J’ai encore le sourire aux lèvres quand je repense au Portugal. Un court séjour de 7 journées remplies de soleil, de détente, de bons vins et d’excellents repas.

Quand nous avons concrétiser notre projet de voyage au Portugal, j’ai dit à mon amie Monic qu’il fallait absolument qu’on aille voir un spectacle à Lisbonne. C’était ma seule demande (ça et éviter tous les endroits avec des enfants qui me feraient m’ennuyer de mon fils!)

Comme Monic est un très bon public de comédie musicale, nous avons opté pour Amália un spectacle retraçant la vie de cette grande chanteuse de fado.  Pour vous situer, Amália Rodriguez est au Portugal ce qu’Édith Piaf est à la France. Ici, je serais tenté de la comparer à Alys Robi. Des femmes talentueuses qui n’ont pas eu un parcours de vie facile.

La comédie musicale est présenté au Teatro Politeama, dans ce qui semble être le quartier des spectacles de Lisbonne. Il s’agit d’un théâtre vieillot sans climatisation mais avec beaucoup de charme.

À se fier sur les affiches dans le hall, tous les spectacles qui y sont présentés sont mis en scène par le même homme Filipe La Féria, qui serait comme le Denise Filiatrault de Lisbonne (ok j’arrête les comparaisons québécoises!)

Je savais que le fado était un style de musique qui s’approche de la complainte. Mais dès le début du spectacle, j’ai compris pourquoi Amália était décrite comme la «reine» du fado. Ça ne faisait pas trente secondes que c’était commencé que déjà apparaissait un surtitre nous résumant l’action de la scène. Comme tout se déroule en portugais, ces indications sont très utiles… mais parfois brusques : «1984 Amàlia apprend qu’elle a le cancer et va à New York pour se suicider». OK. Ce ne sera pas la mélodie du bonheur.

Pour résumer une vie bien remplie, Amàlia a commencé à chanter dès son tout jeune âge, sa mère n’était pas sa plus grande fan, elle s’est marié trois fois et a toujours su conserver l’amour du public malgré une très très très longue carrière.

Quand l’entracte est enfin arrivé, je ne savais pas trop quoi penser. L’homme derrière moi, portugais d’origine, s’est inquiété de notre appréciation. «You like it?»  Ce à quoi nous avons répondu «oui». Tsé, tu vas pas insulter la plus grande chanteuse de sa nation. Il nous regarde l’air mi-convaincu, en nous demandant si on ne trouve pas ça trop déprimant, la «tristesse portugaise».

Effectivement. Ce n’est pas le genre de musique que tu mets sur ta playlist pour faire un marathon. Mais je suis heureuse d’avoir découvert en 2 heures l’histoire d’une dame de la chanson importante pour son pays.  Je ne peux pas dire que le spectacle Amalia est un incontournable pour quiconque visite Lisbonne, mais au prix dérisoire que sont vendus les billets, c’est une soirée qui vaut le déplacement, ne serait-ce que pour apprécier le grand talent vocal des interprètes.

À la fin de notre séjour, un chauffeur de taxi nous a recommandé d’écouter la musique de Mariza, une artiste de fado plus contemporaine à son avis!

En rafale, voici quelques coups de coeur et bonnes adresses de mon voyage au Portugal, majoritairement à Lisbonne:

Il faut absolument aller au Time out Market immense foire alimentaire qui fera saliver les foodies.

Le restaurant Eleven est un pur délice gastronomique et offre une superbe vue d’ensemble sur Lisbonne. Nous y sommes allés sur l’heure du dîner alors que c’est plus abordable.

Le bar Rio Maravilha dans le quartier LX Factory offre une vue magnifique sur le pont. C’est un endroit assez excentrique, à l’image de tout ce secteur d’anciennes fabriques de tissus réaménagées en petites boutiques. Vibe très hippie!

La terrasse du bar Park vaut aussi le déplacement. Le DJ du mardi soir était visiblement resté en 2003, à notre plus grand plaisir nostalgique! Ne soyez pas surpris, vous devez d’abord prendre l’ascenseur dans un stationnement à étage avant de trouver l’endroit.

Si vous allez à Lagos, le restaurant O Camilo est mon coup de coeur, ainsi que la terrasse du Mar d’Estorias au centre-ville qui nous a fourni de petites couvertures pour se réchauffer.

En terminant, j’ai adoré notre hôtel : le H10 Duque de Loulé. Il était un peu plus au nord de l’action mais la vue de la petite terrasse était à couper le souffle!  À partir de maintenant, je chercherai les H10 partout où je voyagerai!