Get Out : Un thriller social aussi angoissant qu’hilarant.

Cinéma

2 mars 2017

Get Out a causé la surprise en devenant numéro 1 au Box-Office américain lors de son premier weekend en salle. Mais je dirais que la plus grande surprise c’est que j’aie aimé ça, moi qui ne suis vraiment pas un bon public pour les films d’horreur.

J’ai été intriguée à Los Angeles quand j’ai vucette affiche tapissée partout : on voit en gros plan le visage d’un jeune homme noir et en dessous, c’est écrit GET OUT.  Dans le climat politique actuel, ça frappe.

«Get out» raconte l’histoire d’un jeune homme afro américain Chris, qui est en amour avec Rose, jeune femme blanche. Il se rend pour un weekend chez ses beaux parents , qu’il rencontre pour la première fois.  Rose l’assure que ses parents ne sont pas racistes, s’ils avaient pu voter une troisième fois pour Barack Obama, ils l’auraient fait. Mais il règne une drôle d’ambiance dans cette maison, très isolée dans le bois, où travaille deux domestiques noirs qui ont l’air d’être des automates. Et plus le weekend avance, plus Chris sent qu’il est menacé. Sa belle mère veut l’hypnotiser, il se retrouve dans un garden party avec des personnes âgées qui semblent être un peu trop intéressé par lui…

Ce qui est génial avec ce film, c’est qu’il y a une grande part d’humour. Le réalisateur Jordan Peele est lui-même humoriste. Il a voulu faire un film comme il en avait jamais vu, et il a réussi. C’est aussi angoissant que drôle. Et au passage il parle d’enjeux sociaux importants, comme le profilage racial par la police. Et dans les 15 dernières minutes., ça devient un vrai film d’horreur.

Les critiques sont très positives. Le réalisateur dit qu’il veut faire une série de film d’horreur  sur ce qu’il appelle les démons sociaux , des thrillers sociologiques. Il en aurait 4 autres en préparation. C’est un bon filon, j’ai hâte de voir le prochain!