The 13th

Cinéma

15 décembre 2016

Donnez l’Oscar du meilleur documentaire à ce film!

The 13th, le 13e fait référence au 13e amendement des États-Unis, celui qui a mis fin à l’esclavage. IL n’existera ni esclavage ni servitude involontaire, si ce n’est à titre de la peine d’un crime. (bref sauf si cette personne va en prison)

Et c’est sur ce «Si» que s’intéresse le documentaire de Ava DuVernay. Parce qu’il y a quelque chose qui cloche dans le système carcéral américain. 25% de tous les prisonnier sur terre se retrouvent dans un seul pays, aux États-Unis. Et la population afro-américaine est sureprésentée.

Elle fait une démonstration chronologique en partant de la fin de l’esclavagisme, puis la ségrégation et dans les années 70, le début de l’ère de l‘incarcération massive et du war on drugs. C’est à cette époque qu’on a décidé de traiter les problèmes de drogues non pas comme une question de santé publique mais comme un crime. De président en président, les lois se sont affermies. Et on aborde aussi la question de l’économie des prisons, à qui cela profite?

Grosso modo, elle fait la démonstration dans son documentaire que la philosophie d’incarcération massive aux États-Unis est le prolongement de l’esclavage. Et c’est quand même fou parce que si on m’avait dit cette prémisse avant d’écouter le documentaire, j’aurais dit, ouais faut pas charrier. Mais elle réussit vraiment à marquer son point. Je ne saurais assez insister sur le fait qu’il faut voir ce documentaire. Sur Netflix, aussi en français. Le 13e. Je vous le dis ça va être aux Oscars.