Pierre Hébert : mystère résolu

Humour

8 février 2017

J’ai été agréablement surprise par Pierre Hébert : Le goût du risque. Dès le début du spectacle, il a désamorcé sa stratégie marketing de l’humoriste mystère, alors qu’il avait mis en vente des billets à 20$ sans que les gens ne sachent qui était l’artiste en question.  Hébert relativise en disant qu’il ne sent pas trop de pression. Comme son spectacle dure moins de deux heures, il nous charge le même tarif horaire que sa petite gardienne de 11 ans et demi: 10$ de l’heure!  On découvre d’ailleurs qu’il est assez cheap . La question de l’argent reviendra assez souvent dans le spectacle.

La thématique principale s’articule autour du goût du risque. Mais le risque c’est assez personnel à chacun… Pour un peureux comme Pierre Hébert, le risque ça peut être de descendre dans le sous-sol après un film d’horreur ou oser prendre un cours de moto.  Il a trouvé son personnage. Et c’est ce qui fait qu’on passe une belle soirée. Le meilleur numéro reste celui de la croisière où il raconte une excursion à Santorini à dos d’âne.

Je souligne le travail de Charles Dauphinais à la mise en scène,et François Avard à la script édition, fort probablement sur le numéro de l’âne! Pierre Hébert a pris un pari risqué mais il l’a remporté. Dommage, pour le pingre en lui, il aurait pu faire 2 fois plus d’argent en vendant ses billets plein prix, qui valent pleinement chaque dollar dépensé.