L’enfant Mascara : un roman de Simon Boulerice inspiré d’un fait divers aux États-Unis.

Livre

15 décembre 2016

Ça s’est passé en février 2008. Simon Boulerice a lu un entrefilet qui annonçait la mort de Larry King. Comme tout le monde, il a d’abord pensé que c’était l’animateur de télé. Mais finalement, la dépêche racontait une histoire de valentins qui a mal tourné à Oxnard en Californie. Larry King était un ado de 15 ans qui voulait se faire appeler Leticia et qui, depuis deux semaines, venait à l’école avec des talons hauts et du maquillage. Elle a osé demander à Brendan McIrnney d’être son valentin devant tous ses amis. Le lendemain, Brendan est arrivé à l’école avec un fusil et a tiré deux fois sur Larry.

Simon Boulerice en a fait une œuvre fantasmé, qui nous plonge dans la tête de Larry quelques mois avant l’incident. On peut ainsi suivre l’évolution de son incursion dans le monde féminin mais aussi son amour fulgurant pour son bourreau, Brendan. Larry est un personnage haut en couleur qui chante du Céline Dion à tue tête et qui est intense comme Roméo et Juliette

Pour vous donner une idée du ton voici un extrait : «De toutes façons, hier, j’ai pris une décision : je ne suis pas gai. Je suis une femme dans le mauvais corps. Je suis captif à l’intérieur. On s’est trompé en me fabriquant. Quand je serai réparé, que j’aurai le corps que je désire, que je mérite, tout rentrera dans l’ordre»

Simon travaille sur ce projet depuis 2008, il s’est rendu en Californie pour revenir sur les lieux de l’incident où bizarrement l’école ne permet aucun hommage à Larry King. Il s’est aussi beaucoup inspiré d’un documentaire de HBO Valentine Road disponible sur youtube.

Je peux dire qu’en finissant de lire ça, je comprends mieux le cheminement d’une personne transgenre.

L’enfant Mascara est publié chez Leméac.