Une excellente série documentaire : The Keepers

Non classé

24 mai 2017

Le genre «true crime» est très populaire en télé. The Keepers sur Netflix s’inscrit dans ce courant mais se démarque des autres productions. En fait, on utilise le prétexte du meurtre non résolu de Soeur Cathy Cesnik, tuée le 9 novembre 1969 à Baltimore pour attirer notre attention.

L’enquête, qui a visiblement été bâclée par la police à l’époque, est aujourd’hui reprise par deux super dames retraitées, Abbie et Gemma, des anciennes élèves de Soeur Cathy. Elle disposent de nombreux temps libre pour faire des demandes d’accès à l’information et embêter les autorités qui ne semblent pas pressées de faire la lumière sur cette affaire.

Dès le deuxième épisode, on s’intéresse davantage à un secret que connaissait  Soeur Cathy : une histoire d’abus sexuels commis par le conseiller spirituel de l’école secondaire où elle enseignait. Et c’est là où The Keepers devient encore plus percutant. C’est simplement incroyable l’ampleur des insanités commises par ce prêtre, Joseph Maskell et le réseau qu’il entretenait.

Chaque épisode se termine sur une accroche encore plus saisissante que la précédente. Ce qui fait que j’ai terminé la série en un weekend, non sans avoir poussé de nombreux blasphèmes tant l’histoire qui est racontée est révoltante.

The Keepers n’est pas de la «feel good TV». Le récits des victimes est bouleversant. Il faut par contre prendre le temps de les écouter pour honorer le courage qu’elles ont de dénoncer des histoires qu’elles avaient enfouies loin derrière elles. Et évidemment, espérer que les efforts de Gemma et Abbie permettront un jour de rendre justice à Soeur Cathy Cesnik.

Vous pouvez voir le résumé des épisodes ici

Ma chronique au 98,5 FM ici