Le théâtre du Nouveau Monde souligne son 65e anniversaire avec le Tartuffe de Molière.

Théâtre

15 décembre 2016

Ce «Tartuffe» est une mise en scène de Denis Marleau. D’abord écrite en 1669, il a choisi de déplacé l’action 300 ans plus tard en 1969. On est plongé dans une ambiance Boîte à Gogo avec un décor qui nous rappelle Habitat 67. Orgon, père de famille joué par Benoit Brière voue un culte d’adoration à Tartuffe, un directeur de conscience joué par Emmanuel Schwartz. Il est tellement obnubilé par lui qu’il veut lui donner la main de sa fille Mariane. Il refuse de voir ce que tous les autres voit en Tartuffe, c’est à dire un profiteur qui, en plus, est amoureux de la femme D’Orgon jouée par Anne Marie Cadieux.

La proposition d’Emmanuel Schwartz en Tartuffe est presqu’inquiétante, étrange. Et Benoit Brière est touchant dans son imbécilité, lui qui veut tellement croire qu’il n’écoute même pas les aveux de Tartuffe.

Il faut évidemment s’habituer à la langue quand on voit un Molière. Mais une fois qu’on se fait à l’oreille, je vous dit, je me suis tellement amusé ! Particulièrement grâce aux personnages secondaires qui sont tous bons. Je dois souligner le travail de Bruno Marcil en Valère, le chum de Mariane qui a peur de la perdre pcq son père veut la marier à un autre. Il a l’air tout droit sorti de Brady Bunch!

Aussi à travers les personnages de Violette Chauveau et Anne-Marie Cadieux, des accents de girl power vraiment chouette!

Si vous vous demandez pourquoi on joue encore des classiques de Molière en 2016, allez au TNM voir Tartuffe jouer de la guitare électrique et vous comprendrez pourquoi.